Analyse transactionnelle: pourquoi, comment ?

Analyse transactionnelle pourquoi, comment

L’analyse transactionnelle aussi connue sous le sigle AT est une théorie de « psychiatrie sociale » de la relation et de la communication. Élaborée en 1956 par le psychiatre américain Éric Berne, elle enseigne l’autonomie relationnelle. Elle examine nos échanges (Transactions) avec notre entourage selon les 3 facettes de notre personnalité : l’enfant, le parent et l’adulte. Pourquoi faire une analyse transactionnelle ? Comment fonctionne-t-elle ?

Quel est le but de l’analyse transactionnelle ?

L’Homme entretient avec son entourage des relations de diverses natures. La théorie du docteur Berne vise à améliorer la santé de ces relations, en passant par l’apprentissage et le développement des différentes facettes de la personnalité. Il s’agit donc d’un instrument thérapeutique destiné à aider les personnes en difficultés à opérer de profonds changements. Elle permet au patient de :

  • mieux comprendre la construction et le développement de sa personnalité
  • décrypter son mode personnel de communication
  • comprendre les failles dans sa communication et les corriger
  • développer une meilleure vie de groupe.

Plusieurs psychiatres font aujourd’hui appel à l’AT qui a pu démontrer des résultats très concluants chez bon nombre de patients. En France, la pratique est hebdomadaire, et la séance individuelle dure environ 45 minutes pour un coût entre 20 et 70 €.

Comment fonctionne l’analyse transactionnelle ?

Le principe fondamental de cette théorie repose sur la coexistence en une personne des 3 états du moi (enfant, adulte, parent) formés durant l’enfance. Chacun d’eux est aussi important que l’autre. Ce qui se passe dans la vie humaine et dans les relations avec autrui dépend fortement de la facette de personnalité qu’une personne manifeste dans une situation donnée.

  • L’enfant

C’est l’état d’où provient la spontanéité, la créativité, la passion ou l’intuition. Face à une figure d’autorité comme un parent, l’enfant pourra être soit rebelle en s’opposant aux instructions, soit soumis comme à la recherche de l’approbation ou dans la crainte de la punition.

  • Le parent

C’est l’état de maturité, la figure éthique et moralisatrice. Le parent pourra être soit très critique et contraignant, soit attentionné et motivant.

  • L’adulte

Il fait office de tampon entre l’enfant et le parent. L’adulte est rationnel, il analyse froidement les situations pour choisir la facette adaptée.

Chez un patient équilibré, chaque état occupera la bonne place au bon moment. L’interaction entre les différentes facettes de personnalité sera fluide et aucune ne sera atrophiée au détriment d’une autre.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *